Les nouvelles de la recherche

ÉIQ-2008 : L'évolution du profil des enfants évalués en protection de la jeunesse dévoilée

27 novembre 2012

Les chercheurs Sonia Hélie, Daniel Turcotte, Nico Trocmé et Marc Tourigny ont publié, le 26 novembre 2012, le rapport final d'une recherche d'envergure décrivant la situation des enfants ayant reçu des services de protection de la jeunesse au Québec en 2008. Cette enquête a notamment permis de constater que le nombre de cas de maltraitance ou de troubles de comportement évalués et confirmés par les directeurs de la protection de la jeunesse (DPJ) est resté stable au cours des années1998-2008 et que les situations évaluées étaient généralement moins sévères que par le passé.

Menée avec la collaboration de plusieurs partenaires-clés dans le domaine de la protection de la jeunesse, l'Étude d'incidence québécoise sur les situations évaluées en protection de la jeunesse-2008 (ÉIQ-2008) vise à compléter les données déjà existantes sur les services de protection en fournissant des estimations fiables de l'ampleur et des caractéristiques des signalements évalués par les DPJ au Québec. L'ÉIQ 2008 apporte donc un regard inédit sur la réalité des enfants et de leur milieu de vie, notamment en s'intéressant au profil psychosocial des enfants et de leurs parents.

À propos de l'ÉIQ-2008

L'ÉIQ-2008 est issue du troisième cycle d'une recherche pancanadienne quinquennale sur les signalements reçus en protection de la jeunesse à l'échelle nationale, soit l'Étude canadienne sur l'incidence des signalements de cas de violence et de négligence envers les enfants (ÉCI), entamée en 1998 et financée par l'Agence de la Santé publique du Canada. Ces données ont permis de mettre en perspective les résultats de l'ÉIQ-2008, d'une part en étudiant l'évolution de la situation entre 1998 et 2008, et, d'autre part, en comparant les résultats québécois avec ceux des autres provinces canadiennes.

L'ÉIQ-2008 a pu être réalisée grâce au financement conjoint de l'Agence de Santé publique du Canada, du ministère de la Santé et des Services sociaux, de la Fondation canadienne pour l'innovation, du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada et des Centres d'excellence pour le bien-être des enfants. Le soutien du Centre de recherche sur l'enfance et la famille de l'Université McGill, du Centre jeunesse de Québec-Institut universitaire et du Centre jeunesse de Montréal-Institut universitaire a également rendu possible cette étude.

Télécharger le rapport complet (252 p.)

Télécharger les faits saillants (12 p.)