Conseil multidisciplinaire

Revue professionnelle
« Défi jeunesse »

L’attachement parent-enfant au coeur de l’intervention précoce et préventive de la mésadaptation socio-affective


Andrée Fontaine,
Spécialiste en activités cliniques,
services aux mères et à la petite enfance, DSRE






L’ATTACHEMENT PARENT-ENFANT : PIERRE ANGULAIRE DE L’INTERVENTION PRÉCOCE ET PRÉVENTIVE DE LA TRANSMISSION INTERGÉNÉRATIONNELLE DE L’INADAPTATION PSYCHOSOCIALE


L’attachement parent-enfant est un lien émotionnel entre deux personnes. Il se caractérise par l’orientation d’un ou de plusieurs comportements d’attachement de l’enfant en détresse vers le partenaire adulte et ce, afin de provoquer la proximité avec sa figure d’attachement (mère biologique, mère adoptive, père, tante, grands-parents, etc.). Les comportements d’attachement diffèrent selon le développement du nourrisson (Ainsworth et al., 1978). L’attachement entre l’enfant et l’adulte sert de base de sécurité vers laquelle l’enfant se retournera pour se réconforter et ensuite être en mesure d’exploiter son environnement (Rosalie Jetté, 1992).

Le présent article décrira l’ensemble du contexte dans lequel s’inscrit l’intervention en centres de réadaptation pour mères en difficulté d’adaptation (CRMDA), à partir du cadre de référence, des lois et des politiques familiales qui soulignent l’importance d’intervenir précocement auprès des parents et de leur enfant. De plus, des éléments théoriques seront présentés afin de mieux cerner le spécifique de la théorie de l’attachement parent-enfant tel que décrit par Mary Ainsworth et John Bowlby. Ensuite, le Q-Sort des comportements maternels sera présenté, outil d’évaluation de la qualité des interactions entre la figure d’attachement et l’enfant de moins de 12 mois. Cet instrument est présentement utilisé dans plusieurs milieux d’intervention et fait l’objet d’une validation québécoise. Enfin, une conclusion reprendra les éléments importants à retenir.


INTERVENIR AUPRÈS DES MÈRES EN DIFFICULTÉ GRAVE D’ADAPTATION ET DE LA PETITE ENFANCE


En 1991, un Cadre de référence à l’égard des centres de réadaptation pour les mères en difficulté d’adaptation a été déposé par le ministère de la Santé et des Services sociaux. Dès lors, les caractéristiques de l’intervention de réadaptation sont décrites comme devant être continue et personnalisée, nécessitant un degré d’investissement élevé par le CRMDA, avoir un caractère supplétif et être marquée par la présence aux événements. La clientèle est composée de mères en difficulté qui sont des adolescents ou des femmes ayant atteint l’âge adulte. Elles sont enceintes ou leur enfant est né. Ce sont aussi des adolescents ou des adultes aux prises avec une situation de paternité. Ils sont pour la plupart aux prises avec un graves problèmes d’adaptation (délinquance, alcoolisme, toxicomanie, santé mentale, etc. (ACJQ (1994).

Plusieurs rapports sont apparus comme des déterminants de nouvelles politiques psychosociales au Québec. Parmi eux, le Rapport Jasmin qui a été produit en 1992, précise particulièrement que l’intérêt de l’enfant et le respect de ses droits est au coeur de l’intervention. Ce rapport accorde la priorité à la négligence, aux abus et à la violence familiale. Ainsi, il est recommandé de donner aux parents un rôle actif et de les intégrer dans la pratique clinique. Ceci est important lorsqu’il s’agit de tout-petits afin de favoriser un lien d’attachement avec le parent et ce, dès les premiers mois de la vie.

Des politiques balisent également l’intervention auprès des mères et de la petite enfance. Entre autres, la Politique de la santé et du bien-être (1992) veut diminuer d’ici l’an 2002 les cas d’abus sexuels, de violence et de négligence à l’égard des enfants, revaloriser et soutenir le rôle des parents, renforcer le lien d’attachement parent-enfant, dépister et aider les enfants victimes ou témoins de violence. La Politique de périnatalité (1992) implique que l’on soutienne des adolescentes dans leur grossesse, problèmes d’attachement et qu’il y ait réduction de l’incidence et des conséquences de l’abus et de la négligence envers les enfants. Enfin, les trois éléments principaux de la Politique familiale sont que la famille est une valeur collective fondamentale, qu’il faut contribuer à la cohésion et à la stabilité de celle-ci et soutenir les parents à titre de premiers responsables de la prise en charge et de l’éducation des enfants. L’objectif ultime de l’intervention auprès des parents et des enfants est le bris du transfert intergénérationnel de la mésadaptation socio-affective (ACJQ, 1994). D’ailleurs, l’attachement parent-enfant se crée durant la première année de vie du nourrisson. La qualité des interactions (échange mutuel d’informations) entre la figure d’attachement n’est pas évaluée en fonction de l’intensité ou de la quantité des sourires, des caresses, des cris et des colères entre les partenaires, mais surtout en terme d’organisation des comportements mutuels des partenaires (interactions) selon les contextes dans lesquels ils vivent. C’est en quelque sorte la modalité d’organisation de la recherche de proximité en situation de danger, de la réponse parentale qui devrait apaiser l’enfant, et finalement de l’utilisation par l’enfant de sa figure d’attachement pour explorer en toute confiance le monde des objets et des personnes. Les interactions que vivra l’enfant avec sa mère détermineront en grande partie le type d’attachement qui s’établira entre eux et influenceront la construction de modèles internes (internal working model), c’est-à-dire la représentation interne que l’"enfant se fera du monde extérieur. La qualité de cette relation est l’aboutissement de l’histoire des interactions entre l’enfant et la figure d’attachement.

La transmission intergénérationnelle de la mésadaptation socio-affective se fait, entre autres, par l’inadéquacité dans la réponse aux soins de l’enfant qui a pour effet de rendre l’enfant inquiet, insécure et peu confiant envers l’adulte qui doit lui prodiguer des soins de qualité. Ce manque de confiance envers l’adulte amène chez l’enfant des comportements soit intériorisés tels l’anxiété, le retrait social, la dépendance affective et la dépression, soit extériorisés tels la résistance, l’agressivité, l’irritabilité et l’égoïsme. Ces comportements sont le résultat d’interactions insatisfaisantes avec son parent qui vit probablement plusieurs difficultés dans son rôle parental. D’un côté, la présence de tels comportements (intériorisés ou extériorisés) chez l’enfant peut amener des conduites parentales aversives et de contrôle ou de laisser-aller et de négligence. De l’autre côté, les attitudes parentales inadéquates provoquent souvent chez l’enfant le développement de comportements inadaptés auprès de ses pairs à la garderie, à la maternelle et à l’école (Fontaine, 1995). Le cercle vicieux d’interactions négatives qui s’installe petit à petit entre le parent et l’enfant, risque de compromettre largement l’adaptation psychosociale ultérieure de l’enfant vers l’âge adulte, d’où l’importance de travailler auprès des parents, des nourrissons afin de mettre en place le plus rapidement possible les conditions nécessaires au développement d’interactions positives qui favoriseront une relation d’attachement sécure. Les enfants qui ont pu établir une relation sécurisante augmentent leurs chances d’être plus positifs et compétents socialement lors des étapes subséquentes de leur développement (LaFrenière & Sroufe, 1985; Turner, 1991). Intervenir dans le sens d’une amélioration de cette relation est un gage d’adaptation psychosociale de la mère et de son jeune enfant (Centre Rosalie Jetté, 1992).


LA QUALITÉ DES INTERACTIONS POUR DÉVELOPPER UNE RELATION PARENT-ENFANT HARMONIEUSE


La qualité de la relation d’attachement est l’établissement de l’histoire et de l’organisation de plusieurs interactions entre l’enfant et la figure d’attachement (Centre Rosalie Jetté, 1992). L’observation d’une seule interaction ne représente aucunement la qualité de cette relation.

Prenons comme exemple, un enfant qui, suite à une peur subite, est inconsolable par sa mère. L’observation de l’interaction révèle que la mère fait ce qu’elle peut, elle le caresse et lui parle doucement, mais rien n’y fait. Ici visiblement, ce ne sont pas les comportements actuels de la mère qui peuvent expliquer l’inconfort de l’enfant. Il est possible que ce soit l’histoire de plusieurs mois d’échanges où d’une part, l’enfant cherche la proximité de la mère en cas de besoin et d’autre part, la mère répond de façon incohérente, c’est-à-dire quelquefois avec sensibilité et à d’autres occasions avec détachement. L’enfant n’abandonne pas l’espoir de retrouver la sécurité auprès de sa mère (on observe la proximité et la recherche de contact en cas de détresse), mais l’enfant manifeste des signes d’anxiété au contact de sa mère car il ne peut pas prévoir sa réaction.

Les différentes formes d’attachement parent-enfant sont fonctionnelles, c’est-à-dire, elles ont toutes une valeur de survie pour le nourrisson. C’est cette qualité de l’attachement qui peut déterminer l’adaptation psychosociale ultérieure de l’enfant (Bowlby, 1958; Ainsworth, Blehar, Waters et Wall 1978; Cloutier et Renaud, 1990). L’impact de cette relation sur l’adaptation psychosociale du jeune enfant est majeur et nécessite une intervention précoce en cas de difficulté. En effet, comme nous l’avons souligné, l’attachement mère-enfant se crée essentiellement lors de la première année de vie du nourrisson.

Le contexte environnemental dans lequel évolue la dyade parent-enfant est déterminant de la qualité de cet attachement. Un enfant difficile, un contexte socio-économique défavorable, la monoparentalité, le jeune âge du parent, le manque de connaissances reliées aux besoins et au développement de l’enfant ainsi que l’absence d’un réseau de support social (Crittenden, 1985), sont autant de facteurs qui influenceront la qualité des nombreuses interactions vécues et en retour, teinteront la qualité de la relation d’attachement entre la mère et l’enfant. Plusieurs parents compromettent la sécurité et le développement de leur enfant en ne connaissant pas ou très peu les besoins de leur enfant. Par un manque d’intérêt à assumer leur rôle parental ou dû à des stress psychosociaux, la relation parent-enfant devient à risque d’un attachement anxieux, ce qui prédispose l’enfant à des difficultés d’intégration psychosociale à la garderie ou à l’école.

L’intervention auprès de cette clientèle consiste d’abord à établir un équilibre familial qui protégera l’enfant de toutes sortes d’abus ou de négligence de son (ses) parent(s). En mettant en place les conditions psychologiques, sociales et économiques qui favorisent l’abaissement du niveau de stress vécu par le parent, l’on peut augmenter l’estime qu’il aura de lui-même et la confiance en ses capacités parentales. En diminuant le niveau de stress du parent, l’on crée un environnement plus adéquat à l’établissement du lien d’attachement parent-enfant.

La qualité de l’interaction entre la mère et son enfant suscite l’intérêt autant chez les chercheurs que chez les professionnels concernés par la dyade parent-enfant et devient une priorité d’intervention préventive tel que le suggère le Rapport Bouchard Un Québec fou de ses enfants . La relation mère-enfant est le prototype des relations que vivra le jeune enfant à la garderie, à l’école et avec son entourage immédiat. Une meilleur connaissance de la théorie de la relation d’attachement mère-enfant constitue donc un atout pour les professionnels qui interviennent auprès des familles. Un approfondissement des concepts rattachés à l’amélioration de cette relation guidera les professionnels soucieux d’observer l’interaction parent-enfant, d’évaluer la qualité de ces interactions et d’orienter un plan d’intervention individualisé auprès de la dyade parent-enfant.


LA RÉPONSE AUX SOINS DE L’ENFANT... AVEC SENSIBILITÉ...


Lorsque le parent répond aux besoins de son enfant, il doit le faire avec chaleur, avec une certaine " sensibilité maternelle " qui se caractérise par une écoute et une bonne disponibilité affective (Smith et Pederson, 1988). Les éléments à travailler auprès du parent doivent amener une amélioration des composantes issues du concept de " sensibilité maternelle " à savoir: l’habileté à reconnaître et à décoder adéquatement les signaux de communication émis par l’enfant, la rapidité de réponse de sa mère et l’adéquacité des réponses (cohérence), cela veut dire également que lorsque l’enfant est en difficulté ou en détresse, la proximité de la figure d’attachement le calme, le réconforte et il peut recommencer à explorer son environnement. (Pederson, Moran, Sitko, Campbell, Ghesquire et Acton, 1990).

De plus, une bonne connaissance des besoins d’un enfant est sans contredit un atout important pour décoder et répondre adéquatement aux signaux et aux demandes de l’enfant.

Selon les travaux de Mary Ainsworth (1978), si une mère est disponible affectivement, si elle connaît les besoins de son enfant et qu’elle y répond rapidement avec stabilité et cohérence, elle pourra devenir une sorte de base de sécurité sur laquelle l’enfant pourra s’appuyer. La relation vécue dans la dyade sera alors harmonieuse, sécurisante et favorisera chez l’enfant l’exploration de son environnement. À l’inverse, si l’enfant vit une relation instable dépourvue d’affection et de sensibilité maternelle, il sera probablement un enfant insécure, anxieux, manifestant soit de l’évitement à sa mère soit une résistance à son réconfort. Il aura une pauvre qualité d’exploration (Ainsworth et al., 1978; Bretherton, 1992; Centre Rosalie Jetté, 1991). Inévitablement, nous serons en présence d’enfants qui ont des retards de développement, qui ont peur d’exploiter leur environnement car ils sont trop inquiets ou préoccupés par les gestes imprévisibles ou incohérents de la figure d’attachement.

Plusieurs facteurs peuvent expliquer l’incapacité du parent à bien jouer son rôle de parent (Belsky, 1984) et ainsi, le rendre moins disponible à son enfant (voir Figure 1). À titre d’exemple, mentionnons les travaux de Crockenberg (1981) qui soulignent les conditions dans lesquelles un attachement sécure mère-enfant peut être compromis si la famille ne dispose pas suffisamment de soutien social. L’auteure démontre que la présence d’un enfant au tempérament difficile augmente la probabilité d’un attachement anxieux qui est le produit des comportements émis de part et d’autre, peut être "amortie" par la présence d’un réseau d’amis ou de parents. Ils peuvent soit soutenir émotivement, soit donner des conseils qui peuvent désamorcer l’escalade des échanges négatifs entre la mère et son enfant (crise de l’enfant ou colères maternelles).


LES TYPES D’ATTACHEMENT PARENT-ENFANT


Mary Ainsworth classifie trois types d’attachement (entre 1 et 2 ans) en affirmant que l’attachement mère-enfant est toujours présent. Selon elle, l’enfant n’est pas "plus ou moins attaché à sa figure d’attachement", mais il l’est de façon différente selon la qualité de l’interaction vécue entre lui et sa mère. Ainsi les profils de relation sont présentés sous les appellations suivantes: sécure, insécure " anxieux-évitant " et insécure " anxieux-résistant ". L’auteure a délibérément choisi de placer le profil sécure comme étant le type B et le profil insécure " anxieux-résistant " comme étant le type C et ce, de façon à ne pas concevoir les types d’attachement selon une hiérarchie. Un quatrième profil de relation d’attachement a été identifié; le profil désorganisé D. Ce profil se caractérise par un mélange des comportements de type A et C (Ainsworth et al., 1978; Bowlby, 1988; Paquette & LaFrenière, 1994). Ce profil ne fait pas encore objet de consensus tant qu’à l’organisation des interactions entre la figure d’attachement et l’enfant. Il ne sera donc pas décrit au même titre que les trois autres profils.


Insécure " anxieux-évitant " -type A


La dyade est caractérisée par une histoire d’absence de synchronisme, d’harmonie entre les demandes de l’enfant et les réponses de la mère. Suite à plusieurs interactions insatisfaisantes, l’enfant choisit d’éviter les interactions avec sa mère afin de diminuer son niveau d’inconfort. La réaction de l’enfant est de nature défensive. Il est décrit comme étant un enfant isolé, hostile ou antisocial et paradoxalement, excessivement à la recherche d’attention (Bowlby, 1988). Ce profil se retrouve auprès de 20 % à 25 % de la population.


Sécure - type B


La dyade se caractérise par le synchronisme entre les demandes de l’enfant et la réponse de la mère. La réponse de la mère est rapide, chaleureuse et adaptée aux besoins de l’enfant. La mère prend en considération les signaux émis par l’enfant et les interprète adéquatement. En général, l’enfant sécure est enthousiaste, affectueux dans ses interactions avec ses pairs à la garderie et persistant dans ses tentatives à résoudre un problème (LaFrenière & Sroufe, 1985; Bowlby, 1988). Ce profil se retrouve auprès de 65 % à 70 % de la population.


Insécure " anxieux-résistant " - type C


La dyade est caractérisée par une histoire d’incohérence des réponses maternelles aux demandes de l’enfant. La mère est tantôt chaleureuse et disponible à l’enfant, tantôt dérangée par les demandes de son enfant. Elle devient distante. Elle tarde à répondre aux signaux de l’enfant comparativement à la mère du type B qui répond rapidement. Elle ne sera pas rejetante comme la mère du type A ni hostile envers son enfant lors de contacts physiques. L’enfant de type C est aussi décrit comme ayant excessivement besoin d’attention, inquiet, impulsif et facilement frustré ou passif et impuissant (Bowlby, 1988). Ce profil se retrouve auprès de 10 % à 15 % de la population.


L’IMPORTANCE D’OBSERVER...


La relation d’attachement parent-enfant est l’histoire et l’organisation des interactions entre le parent et son enfant. La qualité des interactions vécues dans la première année de vie de l’enfant détermine la qualité de la relation d’attachement. Ainsi, lors de l’intervention auprès de la dyade mère-enfant, il est essentiel de savoir comment se passent les interactions entre eux. Il faut être en mesure de faire un portrait, un profil de l’organisation de ces interactions, c’est-à-dire comment ça se passe entre les demandes de l’enfant et les réponses qu’il reçoit de son parent. L’observation d’une seule interaction n’est pas suffisante puisque la qualité de la relation ne représente aucunement la qualité de la relation en devenir. Plusieurs moments de vie doivent être observés (repas, bain, coucher, changement de couche, etc.), dans différents contextes (au repos, en détresse, en jouant, etc.) pour avoir un éventail d’images des interactions. Conséquemment, le Q-Sort des comportements maternels permet la systématisation de l’observation des interactions entre le parent et l’enfant.


...ET D’ÉVALUER À L’AIDE DU Q-SORT DES COMPORTEMENTS MATERNELS (QCM)


The Maternal Behavior Q-Sort a été élaboré par David R. Pederson et Greg Moran, deux chercheurs de l’Université Western à London en Ontario. La motivation des auteurs est d’estimer la qualité des interactions entre un nourrisson et sa figure d’attachement par une description détaillée des comportements maternels et ce, lors de la première année de vie de l’enfant. Le Q-Sort des Comportements Maternels est composé de 90 items (chaque item est écrit sur une petite carte). Les items s’inspirent du concept de "sensibilité maternelle" et représentent des interactions observables entre le parent et l’enfant.

Par le QCM, l’intervenant est en mesure de tracer un profil de ces interactions. L’utilisation de cet outil nécessite une bonne connaissance de la mère et de l’enfant dans différents contextes de vie. La méthodologie du QCM est simple et peu coûteuse. À partir d’un ensemble de cartes, nous devons distribuer chacune des cartes de façon qualitative (l’interaction est caractéristique ou non caractéristique de la dyade observée) et quantitative, c’est-à-dire si l’interaction est extrêmement, très, assez ou un peu caractéristique de la dyade observée.

Le QCM n’évalue pas le lien d’attachement mère-enfant. Il fait un portrait des perceptions que nous avons des comportements de la mère, de ce que nous observons lors des interactions entre l’enfant et sa figure d’attachement. Le QCM permet d’identifier les compétences, les forces de la mère. Il permet aussi de cibler rapidement les comportements de la mère qui sont à modifier car, s’ils persistent, ils peuvent mener à un attachement insécure. Le Q-Sort des comportements maternels suscite les discussions, confronte les perceptions et oriente l’intervention.


Les objectifs du QCM sont :


cibler les comportements maternels positifs qui peuvent favoriser la création d’une relation d’attachement sécure;

cibler les comportements maternels qui compromettent l’harmonie des interactions avec l’enfant;

établir un niveau de base de la qualité des comportements de la mère en réponse aux demandes et besoins de son enfant;

favoriser la discussion sur les perceptions des professionnels en contact avec une même dyade;

établir des priorités du plan d’intervention personnalisé afin d’améliorer les comportements maternels;

évaluer l’intervention sur la qualité des comportements maternels et repréciser des objectifs de travail.

Parmi les 90 items, les auteurs en ont identifié 12 qui sont les plus typiques d’une mère " sensible " c’est-à-dire les comportements qui peuvent favoriser la création d’une relation d’attachement sécure et 12 qui sont les plus atypiques d’une mère " sensible ", c’est-à-dire des comportements qui peuvent amener la création d’une relation d’attachement insécure (Pederson et al., 1990). Parmi les items typiques d’une mère sensible, notons par exemple les réponses de l’enfant et la capacité de l’adulte à décoder ces réponses (item #12: D’après les réactions du bébé (B), la mère (M) interprète correctement les signaux émis par ce dernier) et le temps de réponse entre la demande de l’enfant et la dite réponse de la mère (Item #54: Les interactions se déroulent en accord avec la cadence et l’état de B).

À l’opposé, lorsque nous observons des interactions atypiques d’une mère sensible, les réponses de la mère dépendent souvent de ses besoins (Item #73: Le contenu et la cadence des interactions avec B semblent déterminés par la M plutôt que par les réponses de B) et l’interprétation des signaux du bébé est inadéquate (Item #3: M interprète selon ses propres désirs et ses états d’âme, les signaux de B). Les exemples cités ne représentent que quelques-uns des items observables entre le parent et l’enfant de moins de un an (Les Centres jeunesse de Montréal, 1994).

L’ensemble de ces 24 items composent les priorités d’interventions auprès des parents qui éprouvent des difficultés relationnelles avec leur enfant ou pour valoriser et encourager les interactions saines et harmonieuses qu’ils ont entre eux.


DÉMARCHES DE VALIDATION DU QCM, VERSION QUÉBÉCOISE


Depuis l’hiver 1994, l’ensemble du personnel aux services aux mères en difficulté et à la petite enfance ont reçu la formation traitant des concepts théoriques de l’attachement parent-enfant ainsi qu’une formation pour utiliser le Q-Sort des comportements maternels lors d’évaluation des interactions entre le parent et l’enfant de moins de un an. D’autres formations ont aussi été dispensées dans d’autres organismes tels les CLSC, les Centres de réadaptation pour mères en difficulté et les Centres jeunesse. Une démarche de validation est aussi amorcée depuis avril 1995 en collaboration avec Monsieur Marc Bigras, Ph.D. professeur à l’Université de Sherbrooke, afin de valider la version française du QCM. Les qualités psychométriques de l’instrument ont déjà été démontrées dans sa version anglaise (Perderson et al., 1990). Il reste à confirmer ces qualités pour la version française dans le contexte de l’intervention de réadaptation. Des résultats de cette démarche seront présentés au Congrès international de psychologie à Montréal en août prochain.


LES IMPLICATIONS CLINIQUES DE LA THÉORIE DE L’ATTACHEMENT PARENT-ENFANT


La théorie de l’attachement parent-enfant est un concept majeur dans la compréhension du transfert intergénérationnel de la mésadaptation socio-affective. Ce n’est pas que le parent qui est responsable de l’attachement mais aussi l’enfant puisque la relation est un lien entre le parent et l’enfant. Les caractéristiques personnelles de l’enfant, son développement, l’histoire de la grossesse de la mère sont des éléments à considérer lors d’une intervention auprès de la dyade.

L’attachement est le résultat de l’organisation des interactions parent-enfant. Les comportements de l’enfant ou de la mère sont particulièrement éloquents dans certains contextes, ils orientent l’observation et fournissent des pistes d’intervention.

L’attachement est le reflet de l’histoire des interactions parent-enfant. En faisant l’évaluation de l’attachement entre le parent et son enfant d’un an, nous mettons à jour 12 mois de patrons d’interactions.

La théorie de l’attachement est le produit de 50 ans de recherche et d’intégration de connaissances. Des instruments d’évaluation fiables et valides sont à la disposition de professionnels, entre autres, les Q-Sort des comportements maternels. Une intervention précoce et vigoureuse sur le dépistage de comportements qui mettent en péril le développement de ce sentiment de sécurité intérieure devient une priorité pour briser le cercle vicieux de la mésadaptation. Le Q-Sort des comportements maternels est un outil d’évaluation qui permet de cibler rapidement dès la première année de vie du nourrisson, la qualité des interactions qu’il vit avec son parent (ou avec la figure d’attachement) quotidiennement. La qualité des interactions favorisera la qualité de la relation ultérieure. Les enfants qui ont développé un attachement sécure sont plus positifs, plus compétents socialement et ont acquis une confiance interne du monde dans lequel ils vivent. L’urgence d’intervenir auprès des parents qui vivent des difficultés dans l’actualisation de leur rôle parental est cohérente avec plusieurs lois politiques ou professionnelles. Selon plusieurs observations du milieu de la recherche, la théorie de l’attachement parent-enfant a atteint la maturité suffisante pour aborder l’étape de ses applications dans l’intervention de réadaptation et psychosociale.


RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES


1 AINSWORTH, M.D., BLEHARD, M., WATERS, E. et WALL, S. Patterns of attachment : A psychological study of the strange situation. Hillsdale, NJ, Erlbaum, 1978.

2 ASSOCIATION DES CENTRES JEUNESSE DU QUÉBEC. Éléments d’orientations en vue de l’implantation, du développement et de la consolidation des services de réadaptation aux mères en difficulté d’adaptation. Septembre 1994, 34 p.

3 BELSKY, J. " The determinants of parenting : A process model ", Child development, vol. 55, pp. 83-96.

4 BOWLBY. " The nature of the child’s tie to his mother ", International journal of psycho-analysis, vol. 39, pp. 350-373.

5 BOWLBY. A secure base: parent-child attachment and healthy human development. Basic Books.

6 BRETHERTON, I. " The origins of Attachment Theory: John Bowlby and Mary Ainworth ", Developmental Psychology, vol.28, no 5, pp. 759-775.

7 CENTRE ROSALIE JETTÉ. Document rédigé par Andrée Fontaine. La relation d’attachement: Concepts théoriques et implications cliniques. 1992.

8 CENTRE ROSALIE JETTÉ. Document rédigé par Catherine Gosselin. Guide du développement de l’enfant 0-5 ans. 1991.

9 CLOUTIER, R, et RENAUD, A. Psychologie de l’enfant. Québec, Éditeur Gaétan Morin,. 1990.

10 CRITTENDEN, P.M. " Social networks, quality of child reading, and child development ", Child development, vol. 56, pp. 1299-1313..

11 CROKENBERG, S.B. " Infant irritability mother responsiveness, and social support influences on the security of infant-mother attachment " Child development, vol. 52, pp. 857-865.

12 FONTAINE, A. Expérimentation et évaluation d’une intervention familiale dont l’enfant est réputé anxieux ou agressif. Mémoire de maîtrise. École de Psycho-Éducation, Université de Montréal, 1995.

13 GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. Ministère de la santé et des services sociaux. Direction des communications. Cadre de référence à l’égard des centres de réadaptation pour les mères en difficulté d’adaptation. 1991, 35 pages et annexes.

14 GOUVERNEMENT DU QUÉBEC. Ministère de la santé et des services sociaux. Direction des communications. Un Québec fou de ses enfants- Rapport du Groupe de travail pour les jeunes. Rapport Bouchard, 1991. 179p.

15 LAFRENIÈRE, P.J., SROUFE, L.A. " Profiles and peer competence in the preschool: interrelations between measures, influence of social ecology and relation to attachment history ", Development psychology, vol. 21, no 1, pp. 56-69.

16 LES CENTRES JEUNESSE DE MONTRÉAL, Direction des services de réadaptation pour l’enfance. Document rédigé par Andrée Fontaine. Le Q-Sort des comportements maternels. Guide d’utilisation.

17 PAQUETTE, D. LAFRENIÈRE, P.J. " Relation mère-enfant, cultures et socialisation ", Revue Canadienne de psycho-éducation, vol. 23, no 1, pp. 17-41.

18 PEDERSON, D.R. et al. " Maternal sensitivity and the security of enfant-mother attachment : A Q-sort study ", Child Development, vol. 61, pp. 1974-1983.

19 SMITH, P.B., PEDERSON, D.R. " Maternal sensitivity and patterns of infant-mother attachment ", Child Development, vol. 59, pp. 1097-1101 ; Developmental Psychology, no 5, pp. 759-775.

20 TURNER, P.J. " Relations between attachement, gender and behavior with peers in preschool ", Child Development, vol. 62, no 6, pp. 1475-1488.


N.D.L.R.


Le projet d’évaluation des interactions mère-enfant de madame Andrée Fontaine a reçu un prix décerné par l’association des Centres jeunesse du Québec en 1994 dans la catégorie "soutien à l’intervention"